DE QUOI VIVENT LES ARTISTES

Un autre aspect déterminant est le facteur économique.

Or ce qui n'est retenu de cet aspect concernant les artistes relève du phantasme mais aussi d'un vieux principe ségrégationniste dont se repaissent les bonnes âmes en particulier quand la valeur des oeuvres atteint des sommets alors que leur créateur est mort de misère.

Misère matérielle, misère morale, indifférence, mépris, rejet d'une société qui ne comprend pas mais qui n'accepte pas pour autant ce qui lui sera indispensable dans les temps à venir.

Il en est des artistes comme des abeilles, tous deux nécessaires mais dont on ne prendrait en compte la valeur qu'en cas de disparition.

L'art nourrit tout le monde mais rarement celui qui le crée.

En l'état, si nous considérons la position sociale des artistes dans notre société, leur absence de statut, le refus de prise en compte de leur existence comme membres actifs et agissants de la société, un déficit apparaît clairement dans le rapport entre leur rôle et sa reconnaissance.

Cette situation varie selon les pays et les régimes mais il est clair que l'ensemble des classes sociales se moque éperdument de l'état d'existence de ceux qui créent.

A.D.

Post a Comment